Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 11:57

A méditer et pour l'abolition du dogme de la répartition quiest une catastrophe

André DUHAMEL

 

Les retraites aux Pays-Bas : les plus généreuses en Europe grâce à la capitalisation Article rédigé par Nicolas Lecaussin le 08 Dec 2010 Un retraité qui touche plus d’argent que le salaire qu’il percevait quand il était actif : c’est ce qui se passe aux Pays Bas, avec un système par capitalisation. L’IREF ne cesse de faire campagne pour ce système et Nicolas Lecaussin verse une nouvelle pièce au dossier.

D’après l’OCDE (Pensions at a Glance, 2009), le système de retraite néerlandais est parmi les plus généreux d’Europe. Le retraité reçoit en moyenne 105.5 % de son salaire moyen (après impôts) et part à la retraite à 66 ans. Les dépenses des retraites représentent 5.4 % du PIB. Quelle est la raison de ce bonheur pour les retraités des Pays-Bas ? Rien qui ne tienne du miracle : c’est le bienfait naturel d’un système de retraite par capitalisation. Le système néerlandais s’appuie sur trois piliers : le dispositif public AOW, les retraites complémentaires collectives et les retraites individuelles que les personnes contractent elles-mêmes. Ces trois piliers déterminent l’ensemble du montant de la retraite. Premier pilier du système, l’allocation AOW s’appuie sur la répartition et représente une sorte de filet de sécurité. L’AOW est l’indemnité de base, elle représente entre 50 et 70 % du salaire minimum (environ 1 000 euros bruts/mois).

En 2008, environ 2,7 millions de personnes percevaient une AOW pour un montant de 25,2 Mds d’euros. Comme dans tout système par répartition, les actifs cotisent pour les retraités. Le deuxième pilier consiste en retraites collectives financées par l’entreprise. C’est la part la plus importante dans la pension, bien qu’elle apparaisse comme « complémentaire ». Il s’agit de retraites par capitalisation (Dutch Pension Fund Organisations). La gestion est confiée soit à un fonds de pension (mais strictement séparé de l’entreprise) soit à un assureur privé. Parmi les fonds de pension, il y a trois types : ceux qui sont organisés au niveau d’un secteur d’activité (le bâtiment, l’administration, etc.), ceux qui sont choisis par les entreprises, et ceux qui concernent les professions libérales (médecins, dentistes…). Plus de 75 % des employés sont affiliés à un fonds de pension sectoriel. Les fonds de pension sont toujours des organismes privés, avec ou sans but lucratif. Plus de 97 % de la population est affiliée à un fonds de pension.

Il en existe plus de 600 aux Pays-Bas avec un rendement moyen annuel de 5.35 %. Le patrimoine total géré par les fonds de pension représente 700 Mds d’euros ce qui équivaut à 118 % du PIB ! La part de la retraite couverte par un fonds de pension représente environ 70 % de la pension. Enfin, le troisième pilier est une sorte d’assurance individuelle. N’importe qui peut conclure un contrat d’assurance-vieillesse. Sont surtout concernés par ce type de retraite les professions indépendantes.

En France, la capitalisation est un sujet tabou, aux Pays-Bas elle est largement entrée dans les mœurs. Malgré la crise, les fonds de pension se portent très bien et il n’est pas question de changer quoi que ce soit. Pour l’analyse détaillée de la répartition, de la capitalisation et de la transition d’un système à l’autre, on se référera à l’ouvrage publié par l’IREF « Futur des Retraites et Retraites du Futur » , synthèse en trois tomes des travaux menés par les Professeurs Jacques Garello et Georges Lane (IREF, Librairie de l’Université, 2008-2009).

Partager cet article

Repost 0

commentaires