Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 17:24

Var matin comme à son habitude, classe les communes du Var en fonction des taux des contributions directes locales.( Taxe d'habitation, taxe foncière bâtie et non bâties)

A mon avis il y a un progrès dans l'analyse, dans la mesure où jusqu'ici n'était pris en compte que le seul taux de la taxe d'habitation ce qui était un peu simpliste et ne reflétait pas la réalité, car ce qui compte c'est la somme que chacun d'entre nous trouve au bas de sa feuille d'impôt. Propriétaire ou locataire.

Ce que nous savons c'est que les bases de nos impositions locales sont très faibles dans notre canton.

Le fait de retenir que le seul taux n'est pas satisfaisant et ne correspond pas à grand chose.

En fait nos impôts locaux à Solliès Pont sont devenus très importants

Deux municipalités sont responsables de cet état de chose:

-1989-1995: Municipalité dirigée par André Autran.

Durant ce mandat les impôts ont doublé et par ailleurs les effectifs du personnel aussi. Lorsque je suis arrivé en 1988, j'avais été agréablement surpris par la modestie de leur montant. Mais en 1989 changement de décors: le personnel municipal au cours des années suivantes a fortement progressé. Nos impôts aussi.

- 2001-2008: Municipalité Capifali:

En 2 000, curieusement nos rentrées fiscales ont diminué et l'Etat se désengageait de sa participation dans les collectivités locales.

Résultat: nos finances se trouvaient dans une situation difficile.

Durant mon mandat j'avais établi deux règles (d'or on dirait aujourd'hui) - Stabilité des taux durant six années.

- Nous nous contentions de l'augmentation annuelle pour tenir compte de l'inflation, de la hausse des prix.

- Nous n'empruntions pour nos investissements qu'à concurrence de ce que nous remboursions au titre des emprunts. Afin de stabiliser l'endettement.

Cette règle a connu une exception lorsqu'il a fallu construire la nouvelle crèche. Nous ne pouvions faire autrement car celle qui existait auparavant était complètement obsolète et la CAF (Caisse des Allocations familiales) nous menaçait de sa fermeture.

Gérard Capifali nouveau Maire en 2001 pris la décision d'augmenter fortement des impôts locaux en 2002 et 2003 pour arriver à un total de + 32 %.

Ce qui manifestement était exagéré, d'autant que les investissements, mise à part la réfection de la place de l'église, durant cette municipalité ont été voisins de zéro. Mais les effectifs du personnel ont continué de progresser. Les fêtes au château aussi...

Comme on le voit aujourd'hui, il est plus facile pour l'Etat et les collectivités locales d'augmenter les impôts que de réduire les dépenses.

C'est vrai que sous l'actuelle municipalité les charges de personnel sont mieux contrôlées et que les investissements sont nombreux, mais concernent trop souvent le Centre Ancien ou Centre Ville.

Et l'on constate une certaine insatisfaction devant ce phénomène. Les 2/3 de la population, donc des contribuables, n'habitent pas le Centre Ville et à la longue, cette situation devient injuste et insupportable.

Mon désaccord concerne surtout la rue du 6 ème RTS. Il fallait certainement refaire les trottoirs, mais de là en en faire une avenue de prestige, je pense qu'il y avait des dossiers plus urgents.( Voir si l'on ne pouvait pas diminuer les impôts par exemple. )

Evidemment cela ne flatterait pas la vanité de nos dirigeants.

Néanmoins je constate que nos voisines La Farlède et Solliès-Toucas sont très éloignées de nous, au bas du tableau de la fiscalité départementale. Pourtant nous respirons le même air qu'elles. On en reparlera sûrement dans les mois prochains.

André DUHAMEL Ancien Maire de Solliès-Pont (1995-2001)

Partager cet article

Repost 0

commentaires