Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juillet 2011 2 26 /07 /juillet /2011 07:41

L'an dernier j'avais publié une information sur le sujet mais ensuite avais donné la réponse de la députée des Bouches du Rhône

Mon ami Jean Paul Santinacci vient de me faire parvenir le texte suivant.

Cette affaire intérésse nos lecteurs car je relève que ce sujet est régulièrement lu dans les comptes rendus quotidiens.

André DUHAMEL

Ancien Maire de Solliès Pont

 

L’expéditeur de ce mail vient de me préciser qu’il s’était planté et que Valérie BOYER et l’UMP n’ont jamais proposé de rembourser la circoncision « rituelle »


Dans sa question au gouvernement, Valérie BOYER n’a jamais proposé de faire rembourser la circoncision « rituelle » par l’assurance maladie. Une telle mesure serait d’ailleurs interdite par le Conseil Constitutionnel en raison du respect du principe de laïcité.

Au contraire, Valérie BOYER a souhaité révéler une fraude récurrente à l’assurance maladie, rapportée par les associations d’urologues qui s’estiment démunies, et interroger le gouvernement sur les possibilités d’y mettre un terme. Le problème de cette dérive est le suivant:

Aujourd’hui, il est quasi impossible de contrôler si un « phimosis » est médical ou religieux (à moins d’instaurer un contrôle avant chaque opération par un médecin controleur ce qui est trop couteux et matériellement impossible).

Résultat, beaucoup d’opérations « rituelles » sont considérées comme médicales et c’est le contribuable qui paye, ce qui est intolérable. Les médecins urlogues s’estiment « acteurs malgré eux » de cette fraude et parfois même victimes, tant la pression des patients est forte. Ils demandent que des mesures législatives soient prises pour leur permettre de respecter au mieux les règles de déonthologie et de laïcité.


C’est pourquoi, Valérie BOYER pose cette question et formule des pistes pour faire cesser cette dérive au premier rang desquelles : - un contrat d’assurance à charge des personnes concernées pour que cela ne soit plus la collectivité qui paye ; - une participation limitée de l’assurance maladie dans le plus stricte respect du principe de laïcité, c’est-à-dire quand la circoncision est bien médicale ; - ou encore la mise en place d’un « un groupe de réflexion intégrant les différents partenaires (assurance maladie, professionnels de santé, associations d’usagers) afin d’élaborer un protocole clair et applicable à tous, qui préserve la neutralité et l’égalité républicaine.» »

En résumé, la volonté de Valérie BOYER est de révéler cette dérive inacceptable pour l’assurance maladie et au principe de laïcité, et d’essayer qu’on y mette un terme. Elle formule des propositions à travers une question écrite au gouvernement et n’a jamais évoqué une prise en charge totale ou partielle de la circoncision « rituelle » par l’assurance maladie. D’ailleurs, en aucune façon celà ne serait possible dans notre République Laïque. Valérie BOYER en profite pour dire « Halte à la manipulation politique ! ». En titrant : « Valérie Boyer veut faire rembourser la circoncision des garçons musulmans par la sécu », certains sites internets ou blogs contribuent à une très grave diffamation que Valérie BOYER serait en droit d’attaquer en justice.


Enfin, Valérie BOYER rappelle que dans cette affaire complexe, il faut aussi garder à l’esprit que renvoyer certaines circoncisions rituelles dans la sphère privée peut conduire à des complications médicales nécessitant des opérations encore plus importantes et donc à des coûts pour l’assurance maladie encore plus importants (et encore une fois à charge des contribuables de la collectivité). Tant que la circoncision religieuse est un acte réalisé dans les règles de l’art par un spécialiste, le problème ne se pose pas. Mais ce n’est pas toujours le cas.

 

NB- La loi sur la presse prévoit une prescription de 3 mois en matière de diffamation.

Il est peu probable qu'elle puisse porter plainte sur cette information qui date d'au moins 1 an.

Et puis il s'agit d'une proposition de l'intéréssée. En démocratie il est normal de commenter l'activité des parlementaires et élus. A.D

Partager cet article

Repost 0

commentaires