Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 avril 2008 2 01 /04 /avril /2008 16:08

Le gouvernement par la voix de Mme Lagarde rend responsables les collectivités territoriales du défcit public.

Quelle hypocrisie !

C'est oublier que l'Etat s'est défausser sur les dites collectivités de dépenses lui incombant (RMI...passeports etc...)

Que les dotations versées par l'Etat ont été réduites de moitié en 10 ans. pour Sollies Pont nous étions à 47 % du budget de fonctionnement en 1997 pour se retouver aux alentours de 26 % en 2008. C'est en grande partie cette raison qui en 2001, a permis à l'équipe Capifali de crier Haro sur le Baudet que j'étais, et justifier ainsi les 32 % d'augmentations des impots en 2001 et 2002. A quoi ont-elles servi ?

A organiser de coûteuses fêtes diverses et surtout à multiplier les embauches de personnel dont le besoin est loin d'être prouvé. Ce qui fait que maintenant l'équipe actuelle dirigée par André Garron voit sa marge de manoeuvre extrèmement réduite. La seule solution: ne pas remplacer les départs en retraite comme l'Etat se propose de faire.

Facile à dire ! Si c'est un emploi inutile, et il y en a, c'est facile, mais si la personne est indispensable à la bonne marche du service cela devient un sacré casse-tête.

Je vous livre si-dessous le communiqué de l'Association des Maires de France de ce jour.

André DUHAMEL Ancien Maire de Sollies Pont (1995-2001)


1er Avril 2008
«Dérapage» des déficits: le gouvernement insiste sur la responsabilité des collectivités locales

Le gouvernement persiste et signe: interrogée sur le «dérapage» du déficit public à 2,7% du PIB, la ministre de l'Economie et des Finances, Christine Lagarde, a estimé dans un entretien publié dans l'édition d’hier lundi 31 mars du "Parisien/Aujourd'hui en France" que «ce dérapage provient essentiellement des dépenses des collectivités locales» qui «n'ont pas fait preuve de la même maîtrise que l'Etat, notamment sur leurs effectifs»
.
Malgré les dénégations, dès vendredi dernier (voir nos infos ci-dessous), des associations d’élus, AMF en tête, qui soutiennent que le 0,2 point de plus que prévu dans les déficits publics ne peut-être imputé aux collectivités locales, notamment parce que «les dotations de l’État et les recettes fiscales (stagnant), les collectivités sont dans l’obligation, pour financer une partie de leurs investissements, qui bénéficieront aux générations futures, de recourir à l’emprunt», la ministre a aussi indiqué lundi sur France inter qu’elle devrait, vendredi prochain, lors de la réunion des ministres des Finances de l'Eurogroupe à Ljubljana (Slovénie), souligner la volonté du gouvernement français d'accélérer les réformes en France après ce «dérapage» du déficit public.

Elle expliquera ce «dérapage», a-t-elle indiqué, pour 0,1 point par «un retraitement comptable d'une recette de l'Etat que nous prélevons habituellement sur la Coface», et pour 0,2 point «qui correspond à un dérapage des emprunts des collectivités locales.»

Refusant de parler de plan de rigueur, la ministre affirme que le gouvernement fera ce qu'il a «toujours dit: une gestion rigoureuse et des réformes ambitieuses». «Pour 2008, il n'y aura ni révision budgétaire massive, ni coupe sombre», assure-t-elle. «Nous allons poursuivre une gestion rigoureuse des finances publiques, poursuivre les réformes en profondeur de l'économie», ajoute-t-elle, admettant néanmoins que «si en 2008 la croissance reste atone, alors le budget 2009 devra en tenir compte».
Christine Lagarde rappelle que l'un des dispositifs phares du gouvernement en matière d'économie, la future loi de modernisation de l'économie, «sera présentée en Conseil des ministres fin avril». Celle-ci «reprendra 36 des 316 propositions du rapport Attali», précise-t-elle."

Partager cet article

Repost 0

commentaires